Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Une nouvelle école de création qui vient de démarrer et déjà en panne d’inspiration !?

    J’ai découvert cette publicité pour une école de création en communication, à Genève.

    acrea.jpg

     

    Le moins que l'on puisse dire c’est que ça ne donne pas envie de s'y inscrire. C’est une école qui veut attirer les têtes d’œuf ? Ils cherchent de la matière jaune couvée ou de la matière grise ?

    Le choix du photomontage ne casse pas une coquille à trois poules si je puis dire. Je ressentais aussi une impression de déjà vu, ça sentait plus la récupération que la création tout ça. Et la mémoire me revint. La solution à ma sensation se trouvait dans un livre que j’avais emprunté à la bibliothèque. L'ouvrage se nomme Photo de Pub de Uwe Stoklossa aux éditions Eyrolles.

    aoeuf1.jpg

    C’est une publicité qui n’est pas similaire à l'école Crea, mais qui partage de troublantes similitudes. Pour l'anecdote, l’affiche du monsieur au crâne de boule de glace n’a pas été retenue par l’annonceur Shell. Jolie récupération d’une pub non retenue pour cette école. Cette dernière coûte 46'000.- pour 3 ans.

    Nos chers têtes blondes, au portefeuille garni et au crâne d’œuf, ont intérêt à avoir un papa poule qui pond des œufs en or !

    Ou alors papa poule devra vendre sa caisse.

    En parlant de voiture, voici une publicité qui est beaucoup plus créative, je suggère aux élèves de cet établissement de monter dedans parce que leur école, au niveau de la création, a du mal à démarrer.

    bmw.jpg

     

    Allez ! Roulez jeunesse dorée ! La route est longue jusqu'à la créativité !

    (C'est un billet d'humour pour ceux qui n'aurait pas compris)

  • Boumcoeur, quand mon cœur bondit

    Je racontais, quelques commentaires plus haut, que j’avais rejoint une équipe talentueuse (ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas du genre à distribuer les compliments).

    J’ai accroché au monde des blogs et décidé de faire mon blog parce que j’en avais trouvé un de très ouvert et où l'on pouvait librement débattre. Ce blog se nomme le Bondy blog. Tout est parti de là son  concept s'est ensuite étendu à Lyon (Lyonbondyblog), Marseille (Marseille bondyblog), Dakar et puis en septembre 2008 à Lausanne, en Suisse (là ou j’habite).

    Depuis peu,  j’ai eu la chance de rejoindre les douze bloggeurs qui composent l’équipe du Lausannebondyblog.

    Il y a un moment que je voulais rendre hommage au Bondy blog (Bondy est le nom d’une ville française) qui m’a inspiré.

    Qu’on se le dise, cet hommage était prévu de longue date, j’avais commencé à écrire mon article avant la postulation au Lausannebondyblog. J’avais décidé de ne pas le publier tout de suite pour ne pas passer pour le reluiseur de chaussures. Je ne voulais pas créer la confusion et qu’on me prête de fausses intentions.

    Mon message est spontané et vient du cœur. Je vais rendre hommage à ceux qui ont créé et fait évoluer le premier unique et véritable BLOG participatif. Le blog dans toute son essence qui mérite ses lettres de noblesse.

    Ce blog, je l’apprécie puisqu’il m’a tellement intéressé que c’est grâce à lui que j’ai pris goût au blog. En effet, j’ai pris part à de nombreux commentaires et aux débats d’idées qui s’en suivaient. J’y ai trouvé un formidable terrain de libre expression où j’ai pu participer à des joutes verbales qui ont aiguisé ma rhétorique. J’en ai gardé de formidables souvenirs d’ échanges ainsi qu’un immense enrichissement.

    Alors bien sûr, je ne cache pas que je partage beaucoup de valeurs avec cette plateforme. Pour moi, le talent ne vient pas de l’origine, il ne sort pas du chapeau d’une école comme le IMD ou d’une classe sociale. Aucune couleur ne prouve l’intelligence. Je me méfie des gens qui se bornent à recruter dans des usines à créer des gens qui ne savent que ce qu’on leur a demandé d’apprendre et qui sont entrés dans leur grande école grâce au seul mérite de leur compte en banque.

    Que fait ce blog dont je vous parle ? Et bien, il nous rend service en nous désincarçérant des modes de pensées hérités de nos éducations parfois trop repliées sur ses vieux acquis. Il tord le cou aux peurs injustifiées face à ceux qui ont une culture différente. Il construit des ponts entre ce qui nous différencie afin de faire avancer le débat. Il abat les murs imaginaires socio-démographiques et culturels qui s’érigent dans nos pensées, le long du périphérique.

    C’est la plateforme qui lutte contre les préjugés, tout en laissant la plus grande place possible à la liberté d’expression.

    Les personnes qui l’ont créé et ceux qui en ont aujourd’hui la clé méritent un immense respect.

    Que de chemin parcouru et de travail accompli ! A leur palmarès, des informations reprises par les grands médias, une brochette de ministres interviewés, des collaborations avec des grands quotidiens nationaux, le récit des périples de leur bloggeurs depuis la Chine ou sur les pas de la campagne présidentielle aux Etats Unis. Pas mal non ? Qui dit mieux ?

    Une mine de talents trop souvent exclus du marché de l’emploi dont l’Hebdo en a extrait la richesse. Oui parfaitement ! Exclus de l’emploi ! Comment appelle-t-on des jeunes Bac +5 qui sont forcés à trouver des jobs à la hauteur de leur talent en Angleterre faute d’en trouver en France ? Et comment expliquer ces disparités en terme de chômage?

    Arrêtons de nous voiler la face, le recrutement d’une partie des entreprises se fait sur des critères complètement frappa dingues. C’est des fois une insulte à l’intelligence !

    Excusez-moi d’avoir une opinion, d’avoir cette capacité à réfléchir plus d’une minute et à ne pas rester assis en disant « c’est comme ça... »

    C’est précisément ces personnes qui disent « tout va bien, faut rien changer ! », ces têtes encroûtées qui nous font prendre des chemins de pensées qui mènent à un cul de sac.

    L’égalité des chances ne doit pas rester qu’un projet. Bon ok, je fais atterrir mon envolée lyrique.

    Les responsables du Bondy blog se lèvent chaque matin avec la volonté de faire en sorte que la jeunesse ne se lève plus le matin en ouvrant des fenêtres sur des avenirs sans horizon. (Oui! Il y a du texte de Kerry James dans ces phrases.)

    Ces jeunes et moins jeunes de Bondy ont donné un véritable récital, une leçon, que dis-je !? Une claque magistrale à toutes les discriminations sociales, à tous les médias qui traitent la banlieue de manière misérabiliste et erronée !

    En outre, le Bondy blog remet chaque jours l’esprit républicain au centre du village gaulois.

    Voilà, il m’était absolument impossible de ne pas évoquer l’équipe de Bondy car les valeurs qui m’animent se retrouvent dans Communiting.

    Ainsi après cet hommage, il est naturel que je rajoute un lien vers le Lausannebondyblog.

    Voilà, en résumé je suis fier de participer au Lausannebondyblog qui est le cousin Suisse du Bondy blog. Mon premier article est sorti aujourd’hui. Voici le lien:

    http://lausannebondyblog.net/news/quand-la-solidarite-colmate-les-breches

     

    ... et pour en savoir plus sur le Lausannebondyblog et le Bondy blog, vous pouvez cliquer sur le lien qui suit:

    http://lausannebondyblog.net/texts/qui-sommes-nous--

     

    Spécial remerciement et dédicace au boss Medhi du LBB pour son ouverture d’esprit.

     

    Laurent Opoix

  • Comment déterminer son budget de communication ?

    Il existe quatre méthodes principales :


    La méthode fondée sur les ressources disponibles

    Pour bien comprendre cette méthode, on peut la représenter sous forme d'un calcul simplifié :

    Prévision du chiffre d'affaires - l'ensemble des coûts - bénéfices = budget communication

    Avantages : vous ne dépensez pas plus que ce que vous possédez.

    Inconvénients : empêche toute planification de développement marketing à long terme. De plus, cette méthode ne prend pas en compte l'influence du budget de la communication sur les ventes.

     

    Le pourcentage du chiffre d'affaires

    Le budget est fixé selon un pourcentage préétabli du chiffre d'affaires.

    Avantages : la méthode est simple.

    Inconvénients : pas de critère logique sur la fixation du pourcentage, en dehors de l'activité passée ou de celles de ses concurrents. Le problème est pris à l'envers, en considérant les ventes comme la cause et non comme l'effet de la communication.

     

    L'alignement sur la concurrence

    Certaines entreprises établissent leur budget en fonction des dépenses de leurs concurrents.

    Avec un graphique c'est sympa, vous placez chaque concurrent en fonction de son chiffre d'affaires et de ses investissements. Ensuite, vous tirez la droite des moindres carrés à l'aide de votre tableur. Vous pouvez aussi faire le calcul en prenant la moyenne totale des chiffres d'affaires divisée par le total des investissements. Cette droite vous permet de déterminer le budget communication de votre entreprise et de bien visualiser où vous vous situez par rapport à vos concurrents.

    Schéma :

    graphique.jpg

    Avantages : on se base sur la prétendue « sagesse collective » des acteurs de la branche et ça évite en principe une guerre des budgets publicitaires.

    Inconvénients : il n'y a que l'entreprise elle-même qui puisse calculer son budget de manière raisonnable et chaque entreprise est différente avec des besoins propres.

     

    La méthode fondée sur les objectifs et les moyens

    Ici, on se base sur les objectifs de communication, on identifie les moyens à mettre en oeuvre pour les atteindre et on évalue leur coût.

    Avantages : c'est la méthode la plus objective et la plus logique.

    Inconvénients : difficile à utiliser car ce n'est pas évident de savoir quels sont les moyens pour atteindre les objectifs visés.

    Quand la conjoncture économique est défavorable, comme en ce moment, les entreprises ont une fâcheuse tendance à couper en premier dans leur budget de communication. Certains managers considèrent même la publicité comme des dépenses diverses ! Il serait dommage de trop réduire ce budget car c'est le moment de ne pas lâcher l'attention du consommateur et d'avoir une plus grande visibilité face aux concurrents qu'auparavant.

    A noter que les indicateurs du mois de janvier sont au rouge pour la publicité. Les plus touchés sont les magazines dont les paginations publicitaires baissent de 17 % par rapport à janvier 2009. La presse quotidienne payante perd 5 % de la pagination publicitaire. Le volume publicitaire des radios nationales dégringole de 15 %. L'affichage publicitaire grand format limite la casse et « clôture le bal » avec une baisse de 5 %.

    Sources :

    Dictionnaire du Marketing, O. Badot, D.Legrand, E. Renaud, A. Rihn, A-M. Schlosser, M-A. Weil, éd. Hatier

    Tout connaìtre sur la publicité, F. Messters, A. Zalman, éd. Stratégie

    Principe de Marketing, G. Armstrong, P. Kotler, E. Le Nagard-Assayag, T. Lardinoit, éd. Pearson Education

    TNS Media Intelligence

     

    Article de Laurent Opoix propulsé par un trampoline avec l'énergie des petits beurre au chocolat noir