Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les avantages de la guérilla marketing et 20 photos de campagnes guérilleuses (mot protégé par un brevet)

    Les différents avantages de la guérilla marketing :

    - coûts  relativement faibles

    - grande possibilité de créativité

    - avantage de pouvoir se démarquer

    - grande chance que les personnes touchées en parlent autour d’eux

    - mémorisation plus forte dans l’esprit de la cible

    - médias susceptibles de parler de l’opération

     

    Voici un tour d'horizon de diverses campagnes à travers le monde :

     

    Amnesty international :

    amnesty.jpg

     

    Puzzle Ravensburger :

    1442.jpg

    Crème pour les cheveux ou un shampooing, je ne sais trop point !
    funnyadsforfebruary034.jpg

    Lipton :
    n576043009_211929_6160.jpg

    Prévention contre le Cancer à Singapour :
    singapore.jpg

    Déodorant Axe
    axe-284x300.jpg

    Slim fast
    slimfast.jpg

    Je crois que c'est pour un produit anti-puce et anti-tique :
    frontlineoff1.jpg

    Expedia agence de voyage :
    expedia-cafe-ambient-marketing-23.jpg

    Prévention routière :
    pedestrian_council2.jpg

    La célèbre vague à l'envers :
    n668619650_297530_5363.jpg

    Détachant K2R :
    k2r.jpg

    Diverses organisations humanitaire :
    snow.jpg

    image13.png
    pub_pour_les_sdf.jpg

    social_advertisment_00.jpg



    Appareil photo Leica :
    leica_dogpixel.jpg


    Prévention de l'alcoolisme :
    1185793024.jpg

    Assurance dentaire :
    guerilla_marketing9.jpg


    Et encore une grille d'égoût !
    ibba2.jpg





    Laurent Opoix avec l'aide de l'ami du petit des bloggés, la plateforme Hautetfort.
  • Opération de guérilla marketing réussie

    L’opération de guérilla marketing de la Fondation Mère Sofia

    Suite à mon article sur l'opération marketing ratée de la Migros, je voulais montrer une opération réussie. Cette opération, réalisée dans les rues de Lausanne, est pour moi une réussite.

    La fondation Mère Sofia qui vient en aide aux plus démunis de la région lausannoise a réalisé en octobre 2008 une opération de guérilla marketing dans les rues de Lausanne.

    La fondation réalisa sur papier des fausses plaques de noms de rues Lausannoises en y ajoutant le numéro de compte postal de la Fondation et une légende qui disait par exemple ceci : « Statistiquement dans cette rue, il y a 4 foyers en situation de précarité »  Le succès de notoriété fut au rendez-vous. Cette opération a fait l’objet de reportages de la Télévision Suisse Romande et de la Télévision Régionale Lausannoise. Dans la presse, le sujet a été traité par le 24 heures, le Matin Bleu et le 20 minutes .

    Cette action surprend et dérange (surtout les autorités de la ville). La surprise, le malaise ressenti par le badaud est en adéquation avec la volonté  de bousculer et d’éveiller les consciences. Le côté un peu agressif de l’affichage sauvage est justifié par le fait que l’on dénonce une violence sociale banalisée.

    Contrairement à l’action guérilla de la Migros, la Fondation Mère Sofia a atteint sa cible. Cette action publicitaire non-conventionnelle est en cohérence avec son message et les valeurs de la Fondation. L’action de guérilla marketing joue pleinement son rôle pour susciter des débats sur des problèmes sociaux ou environnementaux

    20minutes.jpg

    De Laurent Opoix avec l'aide du secours maritime et propulsé par une roue à aube

  • Migros rate son opération de guérilla marketing

    Guérilla Marketing

    Qu’est-ce que  la guérilla marketing ?

    C’est une campagne de publicité employant des moyens inhabituels pour créer des événements ou susciter des débats. Souvent éphémère et au plus près des gens.

    Exemple : la manifestation de faux père Noël à Lausanne pour faire connaître le nouveau jeu de la Loterie Romande.

    Migros et son opération commando de guérilla

    La Migros a réalisé, le mois dernier, une campagne de guérilla marketing.

    En effet, une équipe de colleurs a recouvert les panneaux de localités suisses dont le nom commençait par la lettre M par le logo Migros.

    ce_beispiel_umgebung.jpg

    Le lendemain, beaucoup de journaux en ont parlé. Le but de faire parler de la marque a été atteint. Au regard du petit  budget de cette opération et de l’immense couverture médiatique qui s’en est suivit, c’est un succès en terme de notoriété (63,8% des personnes en ont eu connaissance). Reste à savoir comment les consommateurs l’ont interprété ? Qu’en ont-ils pensé ? Ont-ils compris le message ?

    Par ailleurs, l’émission TTC de la TSR a parlé de cette opération. La HEG a réalisé pour la TSR un sondage sur cette opération de guérilla. Et le moins que l’on puisse dire c’est que les résultats ne sont pas brillants. Les chiffres nous révèlent que 49,8 % des personnes sondées n’ont pas compris l’action publicitaire. Mieux, 73,2% pensent que l’action ne correspond pas à l’image habituelle de la Migros. Encore mieux, 73,4% expliquent que la Migros ne doit pas s’attaquer aux biens publics Malgré cela, le Directeur de la Migros de Genève parlait au micro de réussite… L’important pour lui est que les gens ont reconnu le M… En même temps c’est pas bien difficile ! Il avance l’argument de la notoriété de cette opération. Un résultat uniquement fait de notoriété ne vaut rien. On voit des sociétés dotées de notoriété immense et qui n’arrivent pas à vendre leurs produits ou services et finalement faire faillite. Le but de toute opération est de faire vendre directement ou indirectement.

    Malgré l’attitude d’autruche de la Migros, les chiffres démontrent que cette opération aura desservi l’image de la Migros. L’invitée de l’émission TTC sur la TSR, Madame Dubosson, professeur en marketing, explique les raisons de cet échec. Pour elle, la Migros est vue comme une institution qui appartient à tous les Suisses et on ne peut pas s’attaquer à ses valeurs telles que l’éthique et la responsabilité sociale.

    Cette publicité ne serait pas en cohérence avec la stratégie marketing.

    Pour ma part, je pense qu’elle est en cohérence avec les autres opérations publicitaires au niveau du visuel et de son capital publicitaire. C’est le choix de la guérilla marketing qui ne convient pas très bien à la Migros et la façon de le faire a heurté le public. Ce n’est pas tant que ça va à l’encontre des valeurs de l’entreprise mais à l’encontre des valeurs de la communauté.

    Ainsi, l’erreur vient principalement du support choisi par Migros, c’est-à-dire le panneau d’une localité à l’instar du drapeau. En effet, son nom est porteur d’une identité, d’une histoire, de coutumes et de spécificités. Le lieu est défini par ses services publiques, ses associations, sa population, etc… C’est un symbole chargé d’une longue histoire.

    Le modifier même temporairement pour des buts mercantiles est un affront.

    L’environnement est à prendre en compte ! Notre société est accrochée au fondement de la notion de propriété privée. Dans une moindre mesure, elle semble aussi attachée à la propriété publique. Les citoyens ne voient pas spécialement d’un bon œil le démantèlement des structures publiques au profit du secteur privé. Voir sa poste du quartier fermer est une expérience que de nombreux citoyens vivent mal. Inconsciemment, la substitution du M est ressentie comme une substitution du pouvoir publique par le pouvoir privé (à une autre échelle bien sûr). C’est une intrusion. Et comme toute intrusion ça ne passe pas chez la majorité des gens. Il faudrait voir comment réagirait Migros si Mc Donald’s accrocherait de nuit leur logo en forme de M sur celui de Migros.

    Bien que la guérilla marketing semble être un vaste terrain de création, avant de se lancer, il faut mener une réflexion de fond. Il faut faire attention ! On ne peut pas faire de la guérilla marketing comme des ados qui feraient les quatre cents coups. Ça demande de la réflexion.

    A l’extrême, une agence pourrait avoir l’idée d’utiliser un cimetière pour faire une publicité pour les assurances vie. Ça paraît farfelu mais c’est plausible. L’idée pourrait sortir d’un créatif et être approuvé par l’annonceur. On n’est pas à l’abri d’une dérive.

     

    De Laurent Opoix

     

    Propulsé par la plateforme hautetfort

     

    Lien de l'émission:

    http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=390001&sid=10622423#vid=10657106