Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Bing une menace pour Google et Yahoo ?

    Qui n’a pas encore essayé le nouveau moteur de recherche de Microsoft appellé Bing ! A lire certains billets, Bing était en mesure de faire de l'ombre à Google. Il semble plutôt que ce soit un énième moteur de recherche qui n'apporte rien de nouveau. Il n'a pas de quoi se différencier.

    En ce qui me concerne, je ne vois pas ce que Bing m'apporterait de plus, vu que j'utilise diverses fonctions propres à Google. Par exemple, la fonction de recherche de blogs. La traduction d’une page qu'on trouve aussi sur Yahoo est également très pratique. Bing est bien joli mais il n'apporte rien de plus pour l'instant. A voir les articles spécialisés, le nouveau joujou de Bill Gates n’a pas conquis les internautes français.

    Pour les performances, ce n'est pas l'athlète espéré! Le journal du Net s’est amusé à faire une petite comparaison en image entre les deux moteurs de recherche. On constate que Bing ne tient pas la comparaison.

    Ce qui m'intéressait en tant que bloggeur était de voir si mon blog n'était pas trop larguer dans l'ordre d'apparition. Je me suis amusé, par curiosité, à comparer les résultats de recherche concernant mon blog sur les trois moteurs de recherche. Quand j’utilise le moteur de recherche de Google ou Yahoo et que je tape Communiting, je sors en première position. Si j’utilise Bing, je... disparais ! Ce moteur de recherche, aussi futé qu’un chimpanzé, ne trouve pas mon blog ! Vraiment c’est un délit de sale blog ou quoi ?

    Google: Communiting sort en premier et Google affiche le lien de mon blog.

    blogo4.jpg

    Yahoo: Communiting sort en première postion, le lien affiché est un article de mon blog.

    blogo.jpg

    Bing: Communiting n'apparaît pas en tant que tel et pourtant j'ai regardé jusqu'à la dixième page !

    blogo 2.jpg

    Suis-je trop insignifiant pour Bing ? Leur algorithme devrait se faire greffer un museau de chien policier ! Pour ma part, c’est évident que je n’utiliserai pas un moteur qui n’est même pas capable de trouver mon blog. Comment puis-je passer de la première position sur Yahoo et Google à l'anonymat le plus total sur Bing ?

    Ma conclusion est que Google a le moteur le plus intelligent du marché. Vient ensuite Yahoo avec un moteur qui tient la route. Bing dernier avorton de Microsoft arrive avec ses gros sabots et un algorithmme réalisé par des cancres qui s'ignorent. Bing sort des liens qui ne sont pas pertinents.

    N’est pas Google qui veut.


     

    Laurent Opoix

  • Réponse sensée en affiche aux censeurs zélés

    Récemment, j’ai vu apparaître cette affiche dans les rues de Lausanne. Il s’agit d’une publicité institutionnelle réalisée par la Société Générale d’Affichage qui détient la majorité des panneaux publicitaires. L'opération consiste à informer le public de l'effort fourni par l'entreprise en matière de pollution.

    IMAG0053.JPG

    En voyant cette affiche, je ne peux m’empêcher d’établir un lien avec des articles que j’ai lus dans la presse,l’année précédente. A cette époque, des politiciens et un collectif de gauche avaient lancé l’idée de supprimer les publicités commerciales en ville de Lausanne ! Rien que ça ! Ces personnes bienveillantes brandissaient l’exemple de la ville de Sao-Paulo bien qu’on ne comprenne pas bien la similarité qui existe entre ces deux villes.

    D’après eux, la publicité causerait une grande pollution environnementale et visuelle. Niveau visuel, c’est sûr que ça ne se fond pas très bien dans le paysage urbain. En même temps, je dois dire que ce n’est pas si grave vu les horreurs architecturales qui balafrent cette ville...  Pour ce qui concerne la pollution de CO2, c’est un argument ridicule car toute activité économique engendre de la pollution. Et l’affichage, ce n'est pas plus polluant que d’autres secteurs industriels.

    Il est vrai que certaines rues de Lausanne sont saturées en panneaux publicitaires. Ces derniers ont fleuri au cours des années sur des tronçons jusqu’ici préservés. Je conçois que cela peut exaspérer. Surtout que ces derniers temps, la guéguerre entre SGA et Clear Channel a engendré de nouveaux panneaux. De là à interdire les panneaux, c’est légèrement excessif ! Et  la pollution est un peu l’argument qui profite de la soudaine fibre environnementale de la population.

    La gauche au pouvoir à Lausanne a distribué un tout ménage qui vantait sa politique menée durant son arrivée au pouvoir. Editer un feuillet qui fait l’apologie de sa propre politique (alors qu’elle reste stoïque et apathique fasse aux populations précarisées…) si c’est pas un immense gaspillage de papier ! Qui a lu ce papier ? 1% des gens ? 3% ?

    Les politiques ne se gênent pas pour afficher leurs idées souvent non suivies d’acte, restant  comme un vieux plastique dans un pré. Cette idée de supprimer la publicité commerciale est une idée stupide qui a fait l’objet d’articles dans les journaux notamment dans le 24 heures. Cela a nécessité de l’électricité et de l’encre pour rien. Cette idée d’une importance capitale pour la population n’a évidemment pas aboutie.

    Dans chaque parti, il existe de bonnes idées. A nous de faire le tri, ça participera à la dépollution du débat démocratique!

  • Décryptage d'une campagne de marketing social suite

    Voici une autre publicité de marketing social. Elle n’est pas conçue sur un appel à la peur, à la différence de la publicité des deux articles plus bas. Cette campagne est aussi déclinée sur les écrans et sur des cartes.

    Problème social : l’alcool au volant qui provoque des accidents (l’alcool est responsable de 14% du total des morts sur la route en semaine et 25% le week-end).

    Le choix de la cible prioritaire : il s’agit, d’après le site internet du bureau de prévention des acccidents, de jeunes hommes et de forts buveurs.

    Fixation des objectifs : "Responsabiliser les conducteurs et les rendre attentifs aux contrôles d'alcoolémie effectués par la police et à leur utilité pour la sécurité routière". Il s’agit d’inciter les gens à ne pas prendre le volant quand ils ont bu.

    blog 048.JPG

    Les éléments de l’affiche :

    Le visuel rappelle la signalétique en pointillés des panneaux électroniques disposés sur les autoroutes qui annoncent souvent  un danger.

    Une phrase principale écrite en gros caractère : "En forme pour conduire ?" C’est une question qui implique le récepteur et qui passe mieux qu’une injonction telle que: il faut être en forme pour conduire !

    A droite en rouge (ici la couleur connote l’interdiction et le danger) se trouve le signe des "pour mille" qu’on utilise notamment pour les contrôles d’alcoolémie : c’est un signe qui nous permet de savoir rapidement de quoi il s'agit (d'alcoolémie).

    La phrase du bas nous signale que les contrôles d’alcoolémie ne sont pas faits pour nous dépouiller de notre argent mais bien pour notre sécurité. On sent bien que les concepteurs font tout pour ne pas brusquer et irriter le récepteur.

    Au bas de l’affiche on signe... tout en douceur, "Votre police". On aurait pu mettre La police. Votre, est utilsé pour montrer la complicité, la familiarité qui nous relirait à cette dernière. C’est presque un conseil d’ami ou d’un ami de la famille.

    L’après campagne

    Après avoir reçu un message de marketing social, les récepteurs vont passer par un cheminement intérieur de pensée. Et l’issu de ce chemin va dépendre d’une part de la qualité du message et d’autre part des croyances et attitudes de la cible.

    Le récepteur traite l’information et cela va dépendre de trois facteurs:

    - suffisance perçue de l’information (le récepteur a besoin d’une certaines quantité d’information)

    - capacité à chercher et traiter l’information (le récepteur se sent plus ou moins affuté pour traiter l’information)

    - pertinence perçue des sources d’information (est-ce que les informations sont pertinentes et viennent de sources crédibles ?)

    Ces facteurs sont influencés par quatre autres facteurs :

    - réaction affective par rapport au risque (le récepteur peut ressentir de l’angoisse, de l’inquiétude,etc..)

    - normes subjectives (ce sont les pressions sociales concernant l’exécution du comportement)

    - caractéristiques du risque (mortel, exclusion sociale)

    - caractéristiques individuelles (sexe, âge)

    L’intention de la cible d’adopter le comportement suggeré va dépendre de trois facteurs :

    L’Attitude envers le comportement

    Le récepteur va évaluer de manière positive ou négative l’intention du comportement proposé qui est de ne pas prendre le volant quand on a bu.

    L'attiutude va dépendre :

    - des croyances sur les conséquences du comportement

    « Si je rentre en taxi / bois pas avant de prendre le volant, je diminue ma probabilité d’avoir un accident. »

    - de l’évaluation des résultats de ce comportement

    « Si je ne bois pas avant de prendre le volant, mes capacités d'attention et de réaction seront optimales, je serai donc en sécurité. »

    Des normes subjectives qui sont fonction:

    - des croyances sur ce que sa famille ou son groupe de référence attendent de lui

    « Mes amis sont des « prudents du volant », ils ne prennent pas le risque de boire avant de prendre la route et pensent que je devrais faire pareil. »

    - du degré de conformisme envers ses proches et son groupe

    « Je veux ou je ne veux pas faire ce que mes proches attendent de moi. »

    Le contrôle comportemental perçu

    Il s’agit ici des croyances du récepteur sur sa capacité à réaliser ce comportement (facilité ou difficulté d’accomplir le comportement).

     

    Source: bouquin précieux écrit par Yves Chirouze & Compagnie


    De Laurent Opoix avec l'aide d'un ordinateur bourré de touches et équipé d'un volant