Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Quand un ponte du web enterre la presse

    Je voulais réagir aux propos de Loïc LeMeur qui, lors d’une interview vidéo, affirmait qu’il fallait prendre en photo les kiosques car ils allaient disparaître. Comment peut-il être aussi affirmatif ?

    Il me semble bien difficile de prévoir la mort d’une activité. Je respecte Loïc LeMeur pour ce qu’il a apporté au blog, j’ai bien aimé ces bouquins et quand il parle de l'internet c'est intéressant, je vais juste m’en prendre à ses prévisions.

    journaux.jpg

    Ne nous empressons pas d’enterrer les kiosques et les librairies. Nul ne peut le prédire même si on s’appelle Loïc LeMeur, spécialistes des nouvelles technologies de la communication et de l’information et qu’on a fondé Seesmic. Il ne suffit pas d’arriver avec une technologie nouvelle et de penser que ça suffit à tuer un produit.

    Est-ce que les poivriers électriques ont remplacé les poivriers manuels ?

    Est-ce que les briquets ont supprimé la production d’allumettes ?

    Les montres à écran analogique n’ont pas eu la peau des montres à aiguille !

    Le moteur à combustion n’a pas enterré le train !

    Etc...et….e….. !.

    Un peu de recul, c’est toujours utile. Déjà, à l’époque, les spécialistes des médias dès qu’un nouveau média pointait le bout de sa tête ils prenaient un malin plaisir à donner leur verdict mortuaires sur les médias plus anciens. A l’arrivée de la télévision, ils ont prédit une mort imminente de la radio… On attend toujours l’avis de décès ! Depuis, un certains nombres de ces prédicateurs ont cassé leur pipe pendant que la radio fait toujours un tabac.

    La télévision n’a pas tué le cinéma, la radio n’a pas tué la presse et internet n’a rien tué pour l’instant.

    Ce que je dis est forcément sans intérêt puisque je ne suis pas PDG et spécialiste comme Loïc LeMeur de Seesmic. De par sa fonction, ces propos sont légitimés. Fonction donne raison. Mais sent-il vraiment les tendances ?

    Souvenez-vous, Seesmic devait tuer les commentaires écrits…

    A ses débuts, Seesmic c’était un site communautaire de discussion par vidéo. Ca devait révolutionner le monde d’Internet et enterrer les commentaires écrits sur les blogs. Les utilisateurs le proclamaient, fiers comme des pionniers, dans leur vidéo.

    Le résultat de Seesmic, version blogging vidéo, a été un flop, alors même que le journal gratuit Le Matin Bleu (spécialiste de tout et surtout de rien) avait annoncé en 2008 la mort de Facebook avec l’arrivée de Seesmic ! MDR !

    FacebookSeesmic-tm.jpg


    Ironie de l’histoire le Matin Bleu s’est éteint à jamais et Facebook lui a survécu !

    Seesmic s’est relevé de son flop en changeant son fusil d’épaule en rachetant l’application Twhirl (qui n'a rien à voir avec son activité de départ) et en la rebaptisant Seesmic Desktop. La communauté vidéo était mise devant le fait accompli et se réveillait un beau matin avec un site qui mettait en avant la nouvelle application et relèguait Seesmic vidéo dans un coin. Prière d’agoniser dans l’arrière boutique !

    Seesmic était un outil très bien fait et simple d’utilisation, le produit était bon, ça aurait été un succès si l’attitude de la population comportait des freins incompatibles avec cette plateforme.

    Les raisons de cet échec :

    L’anonymat

    Les commentaires écrits permettent un relatif anonymat. Commenter par vidéo rend la personne identifiable. Les gens n’ont peut être pas envie à tout pris de montrer leur tête à tous les lecteurs inconnus pour faire un commentaire.

    Pourtant ils auraient pu s’en douter. Les gens n’avaient pas besoin d’attendre Seesmic pour diffuser leur vidéo où ils se filment, youtube aurait fait l’affaire en attendant. Si on regarde Youtube c’est une infime minorité qui poste des vidéos les mettant en avant. Si on regarde le pourcentage de blogueur qui se filme, il y en peu alors que c’est une partie de la population qui ne craint pas trop d’être exposée. Si vraiment les gens avait une envie de montrer leur tête, ils auraient dix mille fois plus de vidéos sur youtube or ce n’est pas le cas.

    Le rapport de l'internaute avec son image

    L’erreur a aussi été de croire que la majorité des gens se trouvait « vidéogénique » Les gens ont peur qu’on détourne leur vidéo ou qu’on dénigre leur physique.

    Seesmic devait rendre l'intervention plus facile

    Les journalistes du web ont mis en avis la simplicité d’une intervention vidéo par rapport à une intervention écrite. Ils ont pensé un peu vite que les commentaires par vidéo étaient plus facile car les fautes d’orthographes ne se voyaient pas à l’écran. Toutefois, la prise de parole a aussi ses contraintes pour être réussie, comme sa rythmique, son intonation, sa fluidité, ses expressions faciales,etc… Et lorsque que tu te plantes, il faut reprendre depuis le début ton speech ! A l’écrit si tu fais une faute à un mot tu le corriges sans avoir besoin de retaper tout le texte.

    Des conversations autour de thèmes dépourvus d’intérêts

    Seesmic n’a pas su non sur animer un espace qui génère des discussions intéressantes pour développer une communauté suffisamment importante. Il aurait fallu lancer des sujets qui suscitent des conversations. Au lieu de ça, des personnes font coucou ! parlent de leurs nouvelles cartes de visite ou chante une chanson, disent santé une bouteille à la main.

    L’espoir manqué du partenariat http://www.web-interactif.com/web-20/seesmic-realise-un-deal-avec-rue89

    Le partenariat avec le média en ligne rue 89.com en septembre 2008 avait la capacité pour créer de la discussion et populariser Seesmic. La sauce n'a pas prise malgré des sujets engendrant de nombreux commentaires. Seulement voilà, les gens en ont décidé autrement. Ils ne voient pas l’intérêt de montrer leur gueule comme le disait un internaute qui commentait l’arrivée de Seesmic dans les commentaire de rue89.

    Problème de modération

    La courte durée de la vidéo rendait l’intervention frustrante et il était impossible pour le journal d’allonger la durée sinon ça rendait la modération des vidéos beaucoup trop accaparantes en temps et en énergie. Cette tentative râtée démontre bien que les freins des gens rendaient le succès de Seesmic impossible, en tout cas pour l'instant et au vu de l'attitude actuelle des internautes.

    Seesmic sous la forme de blogging vidéo agonise et contrairement aux dons de visionnaire de Loïc LeMeur n’a pas remplacé les commentaires écrits.

    Ce qui me fait dire que Loick LeMeur tout spécialiste et « prévisiologue » qu’il est, peut se tromper en prédisant la mort des kiosques.


    Laurent Opoix

  • Une publicité mensongère

    La publicité prend parfois des chemins de facilité quitte à y sacrifier son authenticité. C'est le cas d'un catalogue tout-ménage de l'entreprise Interdicount qui vend de l'électroménager. Un caméscope était présenté comme le premier caméscope à carte SD sous la barre des 200.- !

    Connaissant bien les prix des caméscopes, je me suis dit qu'il fallait relever cette communication qui se base sur un argument erroné. En clair,  une publicité mensongère. J'ai relevé les catalogues des concurrents sur la même semaine.

    Voici la publicité incriminée (catalogue Interdicount) :

    ScannedImage.jpg

    Est-ce vraiment le premier caméscope SD à moins de 200.- ?

    Hum, Hum !

    Tiens, mais qui voilà ? Le caméscope Camileo S10 qui utilise aussi la carte SD même si c'est pas précisé ! Ce caméscope est à moins de 200.- depuis au moins un an !
    (photo tirée du catalogue Fust)
    ScannedImage-4.jpg
    Voici le caméscope SD à moins de 100.-, que l'on trouve chez Conforama à Crissier !
    ScannedImage-2.jpg

    Pour finir, LA Cerise sur le gâteau. Interdicount dans son catalogue, diffusé une semaine après sa pub mensongère, nous propose le camiléo S20 qui fonctionne avec une carte SD (si,si !), et qui coûte moins de 200.- !
    ScannedImage-3.jpg



    Laurent Opoix
  • Kerry james donnera un concert de solidarité pour Haïti, le 14 février.

    Kerry James donnera un concert de solidarité pour Haïti, le 14 février au Bataclan, à Paris. La recette sera reversée à une association d'aide aux victimes.

    Concertkerryjamespourhaïti.jpg




    Laurent Opoix