Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Une publicité massacrée par une grammaire approximative.

    C’est une plaisanterie ?

    "jusqu'à 9.99 ans"!?

    "avec top conditions de neige" !?

    "d'  enfants" !?

    "Le tarif indigène" Ils auraient pu trouver un terme un peu plus beau que "tarif indigène", là j'ai l'impression de lire les horaires des bus postaux.

    C'est vraiment du lourd ! C’est sûrement un concepteur-rédacteur suisse-allemand, chargé à tort de faire l'adaptation côté romand, à l'origine de cette ignominie. Sinon, il faudra décréter un jour de deuil publicitaire national !

    pire, publicité, ratée, massacre,

    Raaah ! Ils remettent une couche avec le visuel ! A mes yeux les deux tourtereaux  font du hors-pistes !

     

    Laurent Opoix

  • Un champ de bataille pour une bière

     Un regard dans le rétro publicitaire, peut sauver des vies de communicants. It’s a big ad... C’est fou ce que cette publicité déchire et sonne juste; du ciel jusqu’à l’herbe de prairies des Higlhands. La musique, ses paroles détournées sont  extraordinaires. Elle n'a pris une ride.


     

    Laurent Opoix

  • La publicité politique dégaine pour les armes à feu.

    En Suisse les votations s'affichent sur nos panneaux publicitaires. Une fois de plus, le parti d'extrême-droite, l'UDC, joue la provocation. En ce moment, l'actualité placardée et affichée c'est une votation qui concerne une réglementation sur  les armes à feu.

    L'UDC dégaine sa communication sous sa forme habituelle de provocation en nous faisant une affiche de type BD. Ils prennent toujours des raccourcis surtout quand ils réfléchissent. Cette publicité est une communication pour les troglodytes. 

    Votations-armes-criminels_UDC.JPG

    Une deuxième salve d'un Comité interpartis fleurit dans la presse. Eux aussi sont pour le non. Selon eux, il faut pas réglementer les armes ça nuirait à notre pays. Le comité essaie de faire vibrer la corde patriotique et se fait le défenseur des valeurs du pays qui serait la confiance (UBS), la sécurité (site internet de Postfinance) et la liberté (Davos). L'affiche nous apprend que des policiers et des médecins (nombreux) voteraient non... alors ça c'est de l'argument ! Ca fait sourire c'est comme ces publicités où l'on voit des hommes en tenue de laborantin nous vendre le dernier dentrifice. Grotesque !

    Franchement, si les valeurs comme la liberté, la confiance, la sécurité se retrouvent dans un AK 47 c'est qu'on peut trouver des odeurs de Jasmin dans une bouse, alors là ça voudrait dire que tout est rose. On devrait incorporer une mitraillette sur le drapeau si ça fait tellement partie de nos gènes hélvètes !

    Votations-armes-à-feu.jpg

    Laurent Opoix désarmé devant la montée de la connerie.