Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La publicité formate les physiques

    La publicité n'y met pas les formes.

    Les femmes qui apparaissent dans les publicités sont pour la plupart blanches mesurant plus d'un 1m70 et avant toute chose mince.

    Le moins que l'on puisse dire c'est que pour une profession qui porte en son ADN l'originalité, elle fait preuve d'un conformisme buté.

    On nous calibre déjà les les fruits et légumes dans les supermarchés et les publicitaires ainsi que les dircom des entreprises nous calibrent les humains.

    La conséquence c'est que la femme d'un poids normal ou alors ronde, ou la grosse sont écartées des publicités. On en croise ici ou là, souvent dans un esprit de moquerie. Il y a quand même des marques qui se détachent de cette fixation de mensurations comme Dove. La marque en a fait une différence.

    J'aime pas le suivisme et le calibrage, ça aliène complètement la publicité, la rend totalitaire et coupable de pas mal de mal être chez la gent féminine qui du coup se pense être en surpoids. Je conçois que le marketing n'a pas pour vocation de reflèter la réalité mais de là à railler les rondes et de faire de la minceur au fil du couteau une norme, il y a de la marge.

    fat, woman, grosse, femme, publicité

    Une publicité vraiment débile pour la banque d'image stock photos où l'on peut lire dans le premier cadrage : publicité pour des cosmétiques dans le magazine Vogue page ... et pour le cadrage des pieds à la tête : article pour un nouveau traitement contre l'obésité, Vogue page...

    C'est une publicité brésilienne de l'agence Almap/BBDO, vraiment des fines fleurs ces créatifs.

     

    grosse, femme, publicité, brésil

    Encore une publicité pour je ne sais quel produit. C'est quoi le but  ? De cibler les gros et les blesser avec des vannes débiles ?

     

    femme, ronde, grosse, publicité, silk cut, poids, diktat

    L'humour des créatif de M&C Saatchi, angleterre au dépend des gros. C'est vraiment à se demander si dans leur boîte ne pas fumer rend con.

     

    Ensuite passons aux autres marques qui ne font dans le diktat ultra mince

    dove, femmes, rondes, publicité

    courbes, femmes, marque, dove, ronde

    Dove qui prend à contre-pied ses concurrents en remettant les physique à l'heure.

     

    nike, courbe, fesses, pulpeuse, femme

    Nike qui a mis ses rondeurs dans le plat.

     

    virgin, megastore, grosse, femme, ronde, modèle

    Virgin Megastore

     

    foster, bière, femme, ronde, poitrine, pulpeuse,

    Une pulpeuse aux attributs hors normes pour la marque de bière Foster

     

    joaillerie, publicité, grosse, ronde,

    Bijan le designer qu'on voit sur la pub habillait les célébrités (il est mort cette année) dont le président Obama. Ici fait un clin d'oeil à Botero. Sa publicité a été refusée par des magazines comme Elle aux Etats-Unis. L'argent n'a pas d'odeur mais pour la presse féminine, elle a quand même une épaisseur maximum. Leur pub est ouverte aux publicités dont les modèles sont anorexiques mais refusent les XXL. De même les publicités qui rabaissent la femme sont acceptées dans leur magazine. Y a comme deux poids deux mesures.

     

    body shop, rondes, femmes, publicité

    Et pour finir Body Shop qui nous donne le mot de la fin.

     

    Pour conclure, il faut revenir les pieds sur la balance ! 1m75 pour 50 kg des têtes inexpressives de mannequins retouchées à photoshop... c'est la normalité ça ?

    Les seuls minorités qui sont bien représentées par la pub c'est bien le mannequin !

    Sinon niveau représentation  des différentes communautés qui vivent dans le pays, pour l'instant on en est au blanc, on espère d'ici dix ans passer au noir et blanc et avoir la couleur pour 2050.

  • Le processus d'achat

    Nous avons des besoins biologiques et psychologiques que l’on retrouve dans la pyramide de Maselow (de se nourrir, de se vêtir, de sécurité, de s’accomplir, etc..) A côté de cela nous avons des motivations qui nous poussent à agir. Les motivations sont commandées par nos attitudes qui nous sont transmises par notre entourage (famille, amis), par notre classe sociale, les études, etc… Le marketing, par ses différents outils, vient stimuler tout ça.

    Il existe deux composantes dans l’acte d’achat.

    1. Une composante rationnelle

    On va acheter le produit pour le service qu’il rend, pour son prix raisonnable, la fiabilité et la rapidité du SAV, etc... Pour ce faire, nous cherchons l’information et nous faisons appel à notre expérience de consommateur.

    L’expérience d’utilisation contribue à la connaissance des qualités et des défauts des produits de certaines marques, c’est ce que l’on appelle l’apprentissage.

    Les avis de nos amis ou des tests sur internet vont également participer à décider notre choix.

     

    2. une composante psycho- sociale et affective décomposée en une partie consciente et inconsciente.

    a) Consciente

     On achète pour:

    -s’identifier à un groupe.

    L’humain est un être social qui a un besoin d’appartenance. Notre être a envie de faire partie de groupes de personnes. Des valeurs, des attitudes ou des activités concomitantes sont sources d’identification avec le groupe cible.  Nous nous identifions à ce que l’on est ou aimerait être.

    - se faire plaisir. Par exemple, nous achetons un vélo pour le plaisir de l’effort qu’il procure,  un fruit pour sa sensation amère, etc.

    - se différencier.

    Perdu dans la masse, nous cherchons la singularité. Il faut s’extirper de l’uniformisation, sortir du lot. Un homme qui  vient de s’enrichir s’achètera probablement une voiture de luxe parce que cette dernière a la faculté d’envoyer ce signal : « je suis thuné ». Ainsi, il ne sera plus assimilé à la populace. Se différencier revient à se positionner comme le ferait une marque.

     

    b) inconsciente (tout est relatif)

    En publicité, un produit ou même un service est délimité par un territoire thématique, un univers précis comme le prestige, l’aventure. Inconsciemment, nous aimerions baigner dedans .

    Prenons les mythiques spots de la firme Marlboro avec son célèbre cow-boy. A le voir, ce personnage n’est astreint à aucune contrainte que l’on a habituellement dans la vie.

    C’est le vacher qui  fait sa popote à l’heure qui lui plaît, au milieu d’immenses étendues perdues. Il semble célibataire, sans aucune attache. En tout cas sa femme, s’il en a une, n’apparaît jamais à l’écran.

    C’est pour éviter au spot une scène de ménage avec sa femme qui lui aurait dit, «  il est 19 heureee ! Mais qu’est-ce tu fais ! T’as pas encore rameuté les vaches ! Il me semble pourtant que tu es au courant qu’on mange tous les jours à cette heure-ci ! Le repas est servi, il va refroidir ! Mais tu empeste la clope ! Me dis pas que t’as encore fumé toute la journée en regardant le paysage comme un ahuri ?! Mais pourquoi, j’ai pas épousé Géant Vert ou Mister Propre ?

    Ces publicités sont conçues pour évoquer la liberté. 

    Post-achat.

    Deux sentiments se font sentir :

    - A t-on fait le bon choix ?

    Cette question est sous-cutanée comme une mauvaise acné à purger. En effet l’élimination d’un produit est l’air de rien, douloureux, l’abandon d’une possibilité est « choix-icide ».

    - Est-ce que cette dépense est justifiée ?

    Est-ce que l’achat de fourchettes à spaghettis est vraiment nécessaire ? Est-ce qu’on a fait une connerie sachant qu’on a maintenant plus d’argent pour opérer le petit ?

    Les achats  dit d’impulsion ou d’un montant conséquent peuvent amener des sentiments de ce genre. A une moindre échelle bien sûr

  • Y a t-il encore un journaliste à la rédaction du Matin ?

    Le Matin est le journal du suisse moyen. Ce journal est truffé d'âneries monumentales. Les éditoriaux sont des purges. Ce journal réussit même l'exploit d'être moins intéressant que le journal gratuit, le 20 Minutes ! Travailler pour ce journal c'est le bagne intellectuel ! Pourquoi le bagne ?

    journal,le matin,quotidien, manchette, stupide, journalisme,médiocrité,journalistes,médias,presse,suisse-romande

     

    Parce qu'on t'envoie non pas casser des cailloux mais des cerveaux !

    Le pire c'est quand ils essaient de faire des articles sérieux, par exemple sur le monde des nouvelles technologies. Ils sont tellement mauvais qu'ils arrivent à se planter ! Je suis sidéré par le manque de professionalisme de ce journal. 

    journal,le matin,quotidien,journalisme,médiocrité,journalistes,médias,presse,suisse-romande

     

    Comme ce journaliste qui parle de la volonté d'Apple d'interdire les tablettes de Samsung. Le journaliste pense à tort que Samsung est une entreprise taïwanaise. Déplorable pour des professionnels ! Dans un blog ça passe mais pas dans un média aussi nul soit-il.

    (...) Apple ne veut pas partager son succès. Alors que la firme de Steve Jobs vient de dépasser le leader historique des ventes de téléphones portables, Nokia, elle livre une guerre sans merci à son nouveau concurrent direct, le constructeur asiatique Samsung. Suite à une plainte, le Tribunal de Düsseldorf, en Allemagne, a accordé une injonction préliminaire qui interdit la vente en Europe des tablettes Galaxy Tab 10.1 du constructeur taïwanais. (...)

    http://www.lematin.ch/actu/economie/la-pomme-de-discorde


    Taïwan ! Faut pas confondre la marque Asus avec Samsung.

    C'est une faute pas trop grave, sauf qu'un minimum d'implication dans ses articles évite ce genre de bourde. Le prochain article, il va nous dire que la marque Reebok est américaine et que Sony est une firme chinoise.

    Ce n'est pas étonnant de la part de ce papelard qui tire le journalisme vers le fond. Quand tu lis les titres de ce journal, tu as honte de savoir lire ! Tant d'années passées sur les bancs de l'université pour au final livrer une bouillie de phrases pour le lecteur en mal de dégression neuronale.

    Je ne sais pas si vous avez lu le livre les petits soldats du journalisme, voici un extrait :

    "Les sergents formateurs dressent le troufion à coups de « On s’en fout du fond », « Tant pis si c’est de la merde », « On vend du papier comme on vend des poireaux », « Imaginez un magazine en fonction du marché publicitaire »."

    "Les professeurs justifient cet enseignement en invoquant la "dictature du lectorat", ce type de journalisme répond à une attente du public, "un lecteur type non seulement semi demeuré, (...) mais également distrait"."

    J'ai comme l'impression que le quotidien Le Matin a la même vision !

    Ce journal fait fort aussi quand il fait un sujet sur les notes d'appréciation des internautes, on y lit que la boîte i-taste qui est un guide on-line de restaurants est un site impartial. En effet, ils sont les champions pour filtrer les fausses appréciations. Ils sont plus malins  que leurs conconcurents ....quand ils voient le pseudo "jean dujardin"... ils détectent la magouille ! Quel flair !

    Par contre, le concurrent bonresto.ch est démoli dans l'article car ils ont misé sur la modération par les internautes, eux-même, un peu à la manière de wikipédia. Ce parti pris d'enfoncer bonresto.ch et d'encenser I-taste n'est pas étonnante de la part du Matin puisque ce site internet appartient au groupe de presse Ringier principal concurrent du groupe  Edipresse (Tamedia), éditeur du journal...Le Matin. Quelle était la photo qui accompagnait le texte ? Une des responsables d'I-taste posant des pieds à la tête à la manière d'une speakerine de la télé ! Au fait c'est un article complaisant, de la publicité ou du foutage de gueule ?

    http://www.lematin.ch/actu/suisse/vous-fiez-vous-aux-notes-d%E2%80%99appreciation-des-hotels-ou-restos

    Vous l'aurez compris ce journal est une vaste plaisanterie. Si vous voulez voir à quoi ressemble les manchettes du journal le Matin, voici une vidéo réalisée par une lausannoise.