Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Communication de crise

  • Starbucks fait casquer la communauté

    Starbucks c'est l'entreprise qui réussit à nous vendre le café à des prix astronomiques dans des fauteuils façon "Wallace et Gromit".

    Une belle réussite pour cette entreprise américaine venue conquérir le marché européen.

    Aaah...c'est vrai que l'Europe attendait avec impatience l'art du savoir-vivre des américains à l'heure du café...

    Le résultat c'est qu'on se croirait chez un vieil oncle perdu au fin fond de la campagne anglaise à boire du café moléculaire. 

    Pourquoi tant de haine envers le café que les italiens ont si bien magnifié ?

    J'imagine que les américains voulaient prendre leur revanche sur les westerns-spaghetti bien meilleurs que leurs propres westerns puritains. 

    Mais allez savoir pourquoi, leurs cafés-raviolis font le plein. Starbucks va très bien, merci pour elle.

    Tellement bien qu'elle paie quasi rien au fisc, leurs fiscalistes ayant mis une volonté hors du commun pour s'y soustraire ! Starbucks est donc au coeur de l'attention médiatique en raison de ses qualités de dribbleur du fisc. 

    http://www.bfmtv.com/economie/starbucks-n-a-pas-paye-d-impot-france-depuis-installation-375004.html

    On comprend mieux pourquoi Starbucks soigne son image. La quantité de fond de teint est proportionnelle à la perfidie qui s'y cache. 

    fuck, starbucks, frauder le fisc, impôts, scandale

     

    En ne voulant pas payer leurs impôts à la hauteur de leur santé financière ils contredisent toute leur communication institutionnelle. Une attitude à contre-courant de sa communication. Ils se targuent quand même d'oeuvrer pour le bien-être de la communauté !

    Le juste montant d'impôt qu'ils auraient dû payer aurait pourtant bénéficié à la communauté. Tout cet argent subtilisé aux impôts n'ira pas améliorer la santé ou l'éducation de la communauté. 

    Leur communication sent bon l'hypocrisie. Pour s'en rendre compte il suffit de lire leur site internet : 

    "Nous sommes persuadés que notre implication dans les communautés locales n’est pas seulement une bonne chose, mais que c’est aussi positif pour nos salons de café.

    ACTION COMMUNAUTAIRE

    D’année en année, nos partenaires (employés) et nos clients nous inspirent et nous surprennent en se rassemblant pour esquisser un monde meilleur.

    Starbucks Coffee a créé différents programmes visant à faciliter les actions et les dons au sein de la communauté. Nous continuons en outre à explorer  des programmes sociétaux innovants comme nous l’avons fait, par exemple, en janvier 2009 lorsque nous avons offerts une tasse de café à nos clients qui consacraient cinq heures de leur temps à une activité bénévole."

    Il faut comprendre que les tasses de café offertes par Starbucks étaient en réalité payées par le "Trésor Public". Ils devraient vendre des pipeaux et arrêter le café. Starbucks "esquisse un monde meilleur"... Je suis pas sûr que le monde va s'améliorer si on supprime les impôts...

    Maintenant je comprends pouquoi les riches libéraux roulent tous en gros 4x4 de luxe. C'est pour pouvoir continuer à rouler leurs bosses sur des routes plus entretenues par l'Etat.

    Bref, Starbucks se fout mais alors royalement de la communauté ! Elle n'est pas la seule boîte à se foutre de la gueule du consommateur, c'est une entreprise parmi d'autres dépourvues d'éthique sauf qu'elle fait l'objet de peu de critiques au vu de son passif. Starbucks tue le syndicalisme dans l'oeuf pourtant un acteur indispensable dans une démocratie. Sans compter les prises de position politiques virulentes de son PDG.  Des casseroles parmi tant d'autres...

    Dans cette communication de crise concernant le fisc, les portes-parole de Starbucks vont devoir s'expliquer avec toute la mauvaise foi qu'on leur connaît.

  • Et si on se moquait de la pub ? La com' tunisienne post-révolution.

    Le tourisme n’est pas au beau fixe en Tunisie. Suite aux événements, les touristes délaissent cette destination. Le gouvernement tunisien, conscient de ce problème essaie de faire revenir les touristes comme il peut notamment à l’aide de la publicité. Exercice impossible. En même temps, c’est super intéressant ce type de problématique. Après les balles perdues, c’est une cause de perdue. Redorer une image ternie par le sang de manifestants, c’est juste pas possible.

    Mais comme il faut faire quelque chose dans le vent autant y jeter son argent.

    tunisie, publicité, communication, tourisme, plage, révolution, manifestants, gouvernement, printemps arabe

    Texte du pavé rédactionnel : Que de rumeurs vous avez pu entendre !

    Pourtant, aujourd'hui, seul un air de liberté souffle sur la Tunisie, berçant ses 1200 kilomètres de côtes. Des paysages uniques où vous pourrez bronzer sur de belles plages de sable fin. A moins que vous ne souhaitiez découvrir l'envers du décor : une culture riche de 3000 ans d'histoire et un peuple accueillant et chaleureux. La Tunisie vous réserve de belles surprises !

    L’accroche capte notre attention. Le concept est attirant, mais la photo est mal choisie. Elle ne comporte pour seul un horizon trois mètres de sable.

    Je vois un type allongé. Je ne sais pas s’il se dore la pilule ou s’il vient de se faire refroidir. Il a un truc sur son corps de couleur verte peut-être une serviette ou alors son maillot de l’armée tunisienne. Je la sens pas cette photo, on nous cache la mer. Il a les pieds en éventail, je me demande si ces orteils n’attendent pas une étiquette et le tiroir pour le mettre dedans.

    tunisie, balle, plage, publicité, envers, décor, manifestants, révolution

    Je suis morbide ? Pas tant que ça, il y a une ombre qui plane sur la photo, la forme ne ressemble pas à un parasol c’est peut-être le marchand de sable. La vue est étriquée, ça ne respire pas l’échange.  C’est vrai ça, c’est quoi cette photo ! C’est une publicité destinée aux touristes qui ne voit pas plus loin que le bout de leurs pieds ?

    Le texte sympathique, débute par « Que des rumeurs vous avez pu entendre ! »

    Sous-entendu, vous êtes tellement débiles que vous gober tous les racontars. Je n’emploierai pas le mot rumeur parce que l’émetteur est un gouvernement qui a muselé la liberté de la presse. Et comme le ménage n’est pas encore fait au sein de l’élite dirigeante, je m’abstiendrai de la ramener sur ce qu’il est supposé bon de croire.

    Ok… on ne sait pas de quoi on parle, laissons parler la publicité.

    « Un air de liberté souffle sur la Tunisie », ouai c’est pas encore ça ! Il souffle surtout un air d’émigration et de contestation. La publicité nous parle de voir l’envers du décor !

    Au lieu de cela, il me vient à l’esprit, si je puis-dire, l’envers du décor de mai 68 : sous la plage, les pavés !

    Ca continue avec : « une culture riche de 3000 ans d’histoire. » Oui et la récente révolution c’est qu’une broutille dans l’histoire ? Circulez y a rien à histoire ?

    Cette publicité me donne autant d’émotion qu’une viande froide. Pourtant elle aurait été audacieuse si elle s’était contextualisée sans faire l’autruche. Cette publicité manque de réalisme, manque de passion. Un visuel personnalisé aurait été mieux qu’un bout de corps sans tête sur une plage floue.

    Je trouve que bonjour-tristesse.com aurait mieux coller que bonjour-tunisie.com.

    Un touriste en entier avec un personnage tunisien sur la photo aurait été mieux. J’aurai voulu voir personnalisé le peuple. Montrez nous un(e) tunisien(nne) sur cette publicité ! Le peuple fait l’actualité, montrez-le de manière à ce qu’une personne incarne ce peuple chaleureux, courageux et épris de justice !

    Il faut montrer ce qui a changé pour le touriste, ce qu’il va découvrir de nouveau. Un peuple plus épanoui même si c’est un peu tôt. Il faut montrer qu’il s’est passé quelque chose de positif pour le pays et pour les touristes.

    Voilà, je souhaite que la Tunisie retrouve sa sérénité, qu’elle trouve la liberté pour laquelle elle s’est battue.

     Laurent Opoix

     

  • La phrase (stupide) de la semaine

    toilettes-transports.jpgJ’adore les phrases prononcées par un attaché-presse, un porte-parole d’entreprise ou un dirigeant d’entreprise quand il s'agit de répondre d’un dysfonctionnement. J’ai découvert une phrase stupide dans le quotidien 24 heures du 21 août 2010.

    Les faits : Dans la ville, Le Brassus, l’ancienne gare était trop vétuste c’est pour cette raison qu’une nouvelle gare a vu le jour. Le hic c’est qu’elle n’a pas de toilettes.

    Résultat : Les usagers se plaignent.

    La phrase de l’entreprise des transports des  chemins de fer : « Nous ne voulions pas de toilettes qui serviraient à d’autres personnes que nos clients. Nos usagers peuvent utiliser les WC des trains » phrase prononcée par le directeur de Travys (ligne des chemins de fer entre la vallée de Joux et Yverdon (source : Journal, 24 heures)

    C’est incroyable comme les dirigeants d’entreprise ou leur porte-parole se justifient ! C’est le genre de cas où la ligne de défense est tellement étroite qu’on a le choix entre dire la vérité ou dire une énormité. La vérité serait de dire « nous voulions faire des économies » Ils ont choisi la deuxième solution.

    Ils n’ont pas fait de toilette parce qu’ils voulaient les réserver à leur clientèle ?

    Le raisonnement est un peu alambiqué. Une entreprise de transport des chemins de fer qui a des usagers qui ont l’habitude d’avoir cette prestation de base offerte, préfère ne pas l’offrir car elle pourrait servir à d’autres personnes !

    Le client s’en fiche de savoir que des gens qui ne prennent pas le train utilisent les toilettes des gares. Il veut soulager sa vessie, point barre.

    Heureusement que tout le monde n’a pas le même raisonnement que le directeur de Travys.

    Prenons l’hypothèse d’un responsable des ponts et chaussée qui planifie une avenue et qui pense la même chose. Par conséquent, il ne prévoit pas de passage piétons car il n’a pas envie que des personnes en vélos les utilisent. Pour la même raison il fait l’impasse sur les trottoirs.

    Un responsable des transports publics d’une ville pourrait supprimer les abribus de bus au cas où des personnes les utiliseraient sans en être usagers comme des personnes âgées qui se reposent les jambes avant de reprendre leur parcours à pied.

    Un législateur pourrait décider de supprimer le mariage civil pour éviter que des gens utilisent le mariage pour avoir des papiers. Etc…etc…

    L’absurdité atteint son paroxysme quand le patron explique que les usagers peuvent utiliser les toilettes à bord des trains. Quel élan de générosité ! Et si l’usager a un besoin pressant en attendant un train qui a un retard annoncé de quarante minutes ? Il fait dans son pantalon ?

    Bref, voyez comme le raisonnement est farfelu. D’autre part, depuis toujours les toilettes des gares ne sont pas la "chasse gardées" des clients. Où sont les inscriptions « il faut être muni d’un titre de transport des chemins de fer pour utiliser nos toilettes » ?

    Je dois faire remarquer qu’un pourcentage énorme de la population suisse utilise le train et au moins une fois dans l’année, le suisse prend le train. On est tous des usagers des trains.

    La question marketing qui se pose c’est celle-ci.

    Est-il plus important pour une entreprise la satisfaction de sa clientèle ou la satisfaction de savoir qu’aucun non-usager utilise SES toilettes qu’elle a construit UNIQUEMENT pour SES clients  ?

     

    Laurent Opoix