Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Film

  • La gabegie des indicateurs de performance et sortie du film Freakonomics.

    Parmi les livres d’économie qui m’ont marqué figure Freakonomics. Des producteurs ont eu l’idée géniale d’adapter Freakonomics en film ! Un livre d’économie adapté en film ! Même si ce livre s’y prête mieux que les autres, il fallait le faire !


    Ce livre de micro-économie essaie de comprendre différents phénomènes de société. Passionnant même pour les nuls en économie ! C'est le genre de livre où tu as le plaisir de ressortir de ta lecture avec le sourire et des neurones en gestation.

    La démonstration rationnelle qui m’a semblé la plus importante dans ce livre était la suivante : évaluer des établissements scolaires avec à la clé des récompenses pour les meilleurs établissements (et même pour les profs) et des sanctions financières pour les moins bien notés était une mauvaise idée. En même temps c'est normal une classe n’est pas une équipe de foot et le prof un entraîneur !

    C’est comme si les patrons d’auto-écoles rétribuaient les moniteurs  en fonction du nombre d’examens de conduites passés avec succès ! Il est  évident que les moniteurs auraient la fâcheuse tendance à mieux noter que d’habitude et par conséquent d’envoyer sur les routes des personnes dangereuses ! On pourrait aussi noter les gens qui font de la prévention routière et indexer leur rétribution sur le nombre de personnes mortes chaque année sur les routes !

    Le monde de l’entreprise est aussi sujet à toutes sortes d’améliorations de performance individuelle à l’aide de mesures incitatives. J’ai lu, dans un ancien numéro de Management (février 2009),  sur ce sujet, les explications d’une économiste, Maya Beauvallet, qui disait en somme que la plupart des incitations actuelles sont inutiles voir néfastes pour l’entreprise.

    Les individus trouvent souvent la parade pour fausser l’indicateur comme l’exemple donné par Maya Beauvallet d’une clinique qui donnait à ses chirurgiens un quota maximum par année de décès. Du coup les chirurgiens qui étaient près du chiffre à ne pas dépasser refusaient les opérations à leurs patients ! Ils claquaient peut-être entre temps de ne pas avoir reçu l’opération urgente mais ça ne faisait pas partie du deal et pouvaient donc empocher leur prime.

    Le problème aussi c’est que les indicateurs ne soudent pas l’entreprise en tant qu’entité, comme  le dit cette économiste « (…) pour sortir du lot, on peut donner le meilleur de soi-même... ou saboter le travail de ses collègues(…) »

    C’est absurde de se dire que des gens touchent des primes alors qu’en réalité ils ont saboté le travail des collègues !!! C’est le genre de chose hallucinante qui règne dans le monde du travail  et qui est à mettre sur le même plan que le piston et le célèbre principe de Peter !!

    On pourrait alors se demander si les systèmes d’évaluation des équipes seraient la solution… et là encore les entreprises ont tout faux !

    « Les systèmes d’évaluation d’incitation collective démotivent souvent les meilleurs, si bien que la performance moyenne baisse »

    Alors, vous allez me dire, qu’est-ce qu’il faut faire ?

    D'après l'économiste un manager avisé et attentif ferait déjà l’affaire ainsi que d'autres solutions. Si vous voulez savoir quelles sont les solutions pour améliorer les performances des salariés, il suffit de lire son livre « Stratégies absurdes, comment faire pire en croyant faire mieux » aux éditions du Seuil.



    Laurent Opoix