Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gare

  • Au retour ! ça sent la friche ici !

    Pris par le temps, j'ai mis de côté mon blog et maintenant, j'y reviens.

    Pour que la reprise commence sur la bonne mesure, voici une chanson en pleine gare, de Grand Corps Malade et Richard Bohringer.

    Le titre c'est "course contre la honte". J'aime bien, car pour moi, la vie c'est d'abord l'humain, et bien après, les chiffres.


  • La phrase (stupide) de la semaine

    toilettes-transports.jpgJ’adore les phrases prononcées par un attaché-presse, un porte-parole d’entreprise ou un dirigeant d’entreprise quand il s'agit de répondre d’un dysfonctionnement. J’ai découvert une phrase stupide dans le quotidien 24 heures du 21 août 2010.

    Les faits : Dans la ville, Le Brassus, l’ancienne gare était trop vétuste c’est pour cette raison qu’une nouvelle gare a vu le jour. Le hic c’est qu’elle n’a pas de toilettes.

    Résultat : Les usagers se plaignent.

    La phrase de l’entreprise des transports des  chemins de fer : « Nous ne voulions pas de toilettes qui serviraient à d’autres personnes que nos clients. Nos usagers peuvent utiliser les WC des trains » phrase prononcée par le directeur de Travys (ligne des chemins de fer entre la vallée de Joux et Yverdon (source : Journal, 24 heures)

    C’est incroyable comme les dirigeants d’entreprise ou leur porte-parole se justifient ! C’est le genre de cas où la ligne de défense est tellement étroite qu’on a le choix entre dire la vérité ou dire une énormité. La vérité serait de dire « nous voulions faire des économies » Ils ont choisi la deuxième solution.

    Ils n’ont pas fait de toilette parce qu’ils voulaient les réserver à leur clientèle ?

    Le raisonnement est un peu alambiqué. Une entreprise de transport des chemins de fer qui a des usagers qui ont l’habitude d’avoir cette prestation de base offerte, préfère ne pas l’offrir car elle pourrait servir à d’autres personnes !

    Le client s’en fiche de savoir que des gens qui ne prennent pas le train utilisent les toilettes des gares. Il veut soulager sa vessie, point barre.

    Heureusement que tout le monde n’a pas le même raisonnement que le directeur de Travys.

    Prenons l’hypothèse d’un responsable des ponts et chaussée qui planifie une avenue et qui pense la même chose. Par conséquent, il ne prévoit pas de passage piétons car il n’a pas envie que des personnes en vélos les utilisent. Pour la même raison il fait l’impasse sur les trottoirs.

    Un responsable des transports publics d’une ville pourrait supprimer les abribus de bus au cas où des personnes les utiliseraient sans en être usagers comme des personnes âgées qui se reposent les jambes avant de reprendre leur parcours à pied.

    Un législateur pourrait décider de supprimer le mariage civil pour éviter que des gens utilisent le mariage pour avoir des papiers. Etc…etc…

    L’absurdité atteint son paroxysme quand le patron explique que les usagers peuvent utiliser les toilettes à bord des trains. Quel élan de générosité ! Et si l’usager a un besoin pressant en attendant un train qui a un retard annoncé de quarante minutes ? Il fait dans son pantalon ?

    Bref, voyez comme le raisonnement est farfelu. D’autre part, depuis toujours les toilettes des gares ne sont pas la "chasse gardées" des clients. Où sont les inscriptions « il faut être muni d’un titre de transport des chemins de fer pour utiliser nos toilettes » ?

    Je dois faire remarquer qu’un pourcentage énorme de la population suisse utilise le train et au moins une fois dans l’année, le suisse prend le train. On est tous des usagers des trains.

    La question marketing qui se pose c’est celle-ci.

    Est-il plus important pour une entreprise la satisfaction de sa clientèle ou la satisfaction de savoir qu’aucun non-usager utilise SES toilettes qu’elle a construit UNIQUEMENT pour SES clients  ?

     

    Laurent Opoix