Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

humour

  • Noël passe et le "Christmas Depression Syndrom" reste

    Je suis tombé par hasard, lors d'une de mes consommations d'ondes radio, sur une chronique de Patrice Bertin, dédiée à Noël et captée sur France-Info.

     

    J'ai appris dans cette chronique qu'il existait un "Christmas Depression Syndrom"; syndrome bien réel attesté par les psychiatres. 

    Selon moi, ce syndrome qui frappe en ce moment sur tout le territoire est un mal transmis par le Moustique "ChristmasChikenGoût-de-Gras" pas par Noël. On peut critiquer le Pape, le président mais pas Noël ni le Dalaï Lama (je vais me payer d'ailleurs dans un prochain billet)

    Je me dis que la situation n'est pas si dramatique que ça, il n'y a pas eu une envolée d'agressions de Pères Noël !

    Heureusement car si ça devient un boulot à risque, les pères Noël auront droit à la retraite à 60 ans, l'âge à partir duquel un père Noël commence à avoir la gueule de l'emploi !

    Pour ma part, je constate que Noël n'a pas d'odeur. Voir autant d'athées critiquer la religion et leurs croyants à longueur d'année se réunir comme des fanatiques autour d'une fête religieuse, c'est effrayant de cohérence. Même si, à leur décharge, Noël a fait l'objet d'un subtil détournement marketing de la part du business. Les valeurs et la signification de cette fête a été dépouillée pour en faire un conte de fée pour casino.

     noël, syndrome, fête, chronique, humour, france info, patrice bertin


  • Portraits d'une agence de publicité : la directrice marketing (6/8)

    Coline – directrice marketing

     

    coupe de cheveux immonde, agence de publicité

    Elle est la plus éloignée de l’imprimante. La raison en est pratique, il faut maintenir son endurance et son envie d’aller de l’avant. C’est une vraie sportive ! Elle nous plie les marathons comme on plie du carton. Exploit d’autant plus grand lorsque le vent est de face et se heurte à sa coupe de cheveux improbable qui a une prise au vent infernale.

    Elle fait partie des personnes qui réussiraient de toute façon, même sans diplôme, sans papiers, rien que par ses qualités intrinsèques. Mais, histoire de se mesurer un peu aux notes, elle a fait des hautes études. A l’instar des trois couleurs primaires recréant toutes les teintes, les trois lettres clés de son école, H – E – C, lui ouvrent les portes d’une multitude de secteurs.

    A partir de ces trois lettres, elle redonne des couleurs au marketing, en n’hésitant pas à sortir des pistes balisées et à se mettre en mode rallye à l’aide son 4(P) x 4(C). (Si vous ne comprenez pas ce clin d’œil marketing, c’est que vous avez sacrément besoin d’une agence de communication).

    Nous sommes soucieux car elle est convoitée par le « milieu » pour son punch et son talent pour faire céder les portes les plus réticentes. Sa particularité : ouvrir les coffres de vos budgets sans violence. Cependant, « Dona Corleona » reste avec nous car elle préfère le ciblage au braquage. Et puis, l’ambiance peine-à-rire du grand banditisme, ce n’est pas son truc. Le côté déjanté de la communication correspond mieux à son caractère facétieux. 

  • Un panneau de la campagne présidentielle détourné

    Une photo que j'ai trouvé sur twitter. Voilà une personne qui a fait preuve d'humour et d'inventivité sur le panneau d'un candidat à l'élection présidentielle.

    panneau affichage, campagne présidentielle 2012, photo, sarkozy, affiche détournée